Historique

La canton du Croisic

En 1989, création au Pouliguen de l’association DECOS, Défense de l’environnement et de la côte sauvage

A l’automne 1988, prise de conscience environnementale du Club des Cinq, comme on surnommait à l’époque cinq trentenaires (deux femmes : Michelle BONDU et Dominique LEMARIÉ et trois hommes : Dominique ALAIRE, Michel CHERVILLE et Pierrick ROBERT). Ils décident de créer DECOS pour s’opposer à la construction du premier immeuble sur la côte sauvage au Pouliguen. Le Sphinx verra le jour mais sera le seul. En effet, les actions engagées par DECOS pour la modification du plan d’occupation des sols interdiront ensuite le développement d’immeubles. Primordiale victoire sur le bétonnage du littoral et pour la loi du même nom ! Dans la foulée, la mise aux normes de la station d’épuration obsolète de Livery sera une préoccupation majeure avec, comme objectif, la qualité des eaux. Ce sera un travail de longue haleine puisque la nouvelle station verra le jour en 2007. Il aura fallu 18 ans pour y parvenir, une victoire difficile mais essentielle pour l’environnement ! Au programme, dès 1989, le développement d’un réseau de pistes cyclables en presqu’île guérandaise. DECOS participe  (avec d’autres associations) à des manifestations à vélo à La Baule en 1992 (500 participants) et en 1994 (2000 participants). Résultat : la piste cyclable de la baie de La Baule est créée la veille des élections municipales de 1995, la première du genre ! DECOS participe activement et fait des propositions (dont certaines seront retenues) pour le trajet du futur Vélocéan et la magnifique piste cyclable de la grande côte au Pouliguen.

En parallèle, en 1991, création de l’Association pour la Protection du Littoral Croisicais

Les Croisicais qui décident de créer l’APLC sont au nombre de huit : Bernard DENIOT, Michel et Simone BOUILLOUD, Ginette LEBRENNE, Marcelle LECOCQ, Françoise LE PAPE, Renée QUÉRÉ et Jean RIO. L’association reçoit l’agrément « protection de l’environnement ». Son objet : étudier les nuisances pouvant affecter le littoral croisicais, notamment celles résultant de la création d’un port en eau profonde, et en informer la population. L’APLC, qui a compté jusqu’à 300 adhérents, s’est battue pendant 14 ans pour la protection du littoral. Elle a rencontré des échecs comme l’implantation d’un golf sur une zone humide exceptionnelle et la création d’un parking illégal au Castouillet. Mais elle a aussi remporté de petits et grands succès  : maintenir la continuité du sentier littoral, garder la plage du Castouillet libre de constructions et surtout empêcher le projet de port en eaux profondes prévu à St Goustan qui aurait ruiné la baie de St Goustan aux richesses biologiques exceptionnelles. L’association a contribué à mettre en place un dispositif européen de protection sur la baie de St Goustan – Le Castouillet (NATURA 2000). Elle a aussi fait classer la côte sauvage du Croisic au Pouliguen.

En 1992, la zone d’influence de DECOS s’étend à Batz-sur-Mer

En 1992, quelques originaux de Batz-sur-Mer proposent à DECOS de mettre en œuvre une structure commune pour des problèmes d’environnement semblables et offrir aux interlocuteurs élus un groupe digne d’intérêt et d’écoute. le domaine d’intervention de l’association s’étend à la commune de Batz-sur-Mer. Contacts réguliers avec les services maritimes concernant la qualité des eaux, des coquillages, de la faune et flore du littoral. Participation systématique et active à toutes les enquêtes publiques. Développement de la sauvagarde du littoral et des sentiers douaniers, conjointement avec l’APLC (Association pour la Protection du Littoral Croisicais) et avec les élus. Rencontres régulières avec les mairies de Batz-sur-Mer, Le Croisic et Le Pouliguen et avec le sous-préfet de St Nazaire. Egalement, rencontres régulières avec d’autres associations : APLC, ASPEN, La Baule environnement, Le Grand Clos, Pornichet, Piriac, Guérande et participation active à la fondation de la Fédération Presqu’île Environnement. En 1994, DECOS obtient l’agrément « Urbanisme ». Réflexion régulière avec les élus locaux sur la nouvelle ZAC du Poullgo (Le Pouliguen, Batz-sur-Mer). Défense des jardins ouvriers de Cornen au Pouliguen. Demande d’enfouissement des réseaux aériens électriques couronnée de succès sur la côte du Pouliguen. Obtention d’un poste EDF avenue de l’Océan au Pouliguen, en zone déficiente. Avec le soutien du préfet, DECOS obtient le classement zone protégée (ND) sur la côte : Les Grands Champs, Baie de la Grande Jambée, de la zone des Chênes Verts aux Korrigans et la confirmation du site de l’ancien camp gaulois de Penchâteau au Pouliguen. Action pour le respect de la loi littorale des 100 m. Refus de construction de maisons particulières sur d’anciennes décharges publiques au Pouliguen et à Batz-sur-Mer. Grâce à l’action de DECOS, deux tours à l’emplacement de l’ancien Golf du Pouliguen ne seront pas édifiées (Cramphore). Nombreuses interventions couronées de succès auprès du sous-préfet de St Nazaire pour que les vases de la base sous-marine de St Nazaire (mercure, hydrocarbures…) ne soient pas déversées au large de nos côtes qui sont des zones de pêche. Catastrophe de l’ERIKA le 26/12/1999. DECOS met en place des actions suivies de surveillance et conseils aux élus. L’association participe activement aux réunions avec les instances nationales, régionales et locales. Concertation avec la mairie du Pouliguen pour l’aménagement post-ERIKA de la pelouse sommitale du sentier douanier et de la piste cyclable. Depuis 2002, DECOS contribue activement au Conseil de Développement de Cap Atlantique.

En 2004, l’APLC rejoint DECOS dont la zone d’influence s’étend désormais sur 3 communes

En 2004, l’APLC décide de rejoindre DECOS pour une gestion globale et efficace du canton qui recouvre les communes du Pouliguen, Batz-sur-Mer et Le Croisic, entre côte sauvage et marais salants. Actions de lutte contre les plantes invasives et pour la protection de la flore et de la faune du littoral. Sorties et conférences à visées pédagogiques qui ont beaucoup de succès. Suivi du dossier NATURA 2000. Relations étroites avec le CPIE Loire Océan des Korrigans au Pouliguen.

En 2007, DECOS obtient l’agrément « Environnement ».

Fin 2014, DECOS n’a pas obtenu le renouvellement de l’agrément préfectoral « protection de l’Environnement » au titre de l’article 2011-832. Cet agrément  requiert désormais une compétence départementale alors que la compétence de notre association se limite aux trois communes précitées. DECOS est donc désormais représentée par l’Union Départementale de Protection de la Nature de Loire-Atlantique (UDPN44), laquelle est agréée « protection de l’Environnement », dont DECOS est membre.

En revanche, DECOS a obtenu l’agrément d’association locale d’usager (art 121-5 du code de l’urbanisme) permettant d’être consultée au niveau communal et intercommunal pour les Schémas de COhérence Territoriale (SCOT) et les plans d’urbanisme communaux (PLU).

Pin It on Pinterest

Share This