Samedi 30 mars se déroulait la traditionnelle sortie gorge bleue dans notre marais. Tout le monde était au rendez-vous, la météo, le grand nombre de personnes intéressées et les gorges bleues. Sur le parking à gauche à Prad Velin, Jean Paul notre expert ornithologue, a d’abord fait une présentation de cet oiseau mythique que tout le monde souhaite voir et admirer tellement il est emblématique du marais.

  • Notre espèce locale est une sous espèce des 9 ou 10 que compte la gorge bleue. Elle est dite espèce de Nantes et regroupe toutes les gorges bleues du littoral Atlantique. Plastron bleu et miroir blanc.
  • Il a ensuite évoqué son cycle annuel : la gorge bleue passe l’hiver en Afrique et arrive ici fin mars. Le mâle, seul connu de l’espèce, marque son territoire en chantant et attire les femelles. On ne peut l’apercevoir que 3 semaines à peu près. Ensuite il se cache avec la femelle et font une ou deux couvées puis fin juillet repartent en Afrique.
  • Son cri : il est assez particulier car il a un cri propre mais imite également d’autres oiseaux, ce qui conduire à des impasses quand on le recherche. Jean Paul a à peu près 500 chants d’oiseaux dans sa mémoire auditive et le premier oiseau repéré était un tarier!  Jean Paul repère la gorgebleue à l’oreille puis en fonction de la direction du chant, il fait ses recherches et trouve l’oiseau.

Premier arrêt : fausse piste, c’était un tarier pâtre, ce qui a permis au groupe d’apprendre à connaître cet oiseau.

Deuxième arrêt : Une première gorge bleue qui a joué avec nous mais  finalement elle  est restée relativement longtemps dans le champ de nos jumelles ou des longues vues. Un second mâle est arrivé et ils se sont chamaillés dans les buissons.

Troisième arrêt : De très nombreuses gorges bleues que les membres du groupe parvenaient à repérer seuls. Pour nous le but était atteint c’est à dire que chacun mémorise son chant et parvienne seul à le retrouver lors de balades dans le marais. AU fur et à mesure des observations et des oiseaux qui chantaient Jean Paul nous a en montré quelques uns : le pipit, l’accenteur mouchet, le cisticole, le tarier donc, la linotte mélodieuse, le troglodyte, le traquet …

Un grand merci à Jean Paul qui n’a qu’une envie, revenir en septembre pour le balbuzard.

Il faut rappeler que ces sorties oiseaux ( janvier-mars-septembre) ont un but majeur : faire découvrir la richesse de notre patrimoine pour mieux ensuite le protéger.

Pin It on Pinterest

Share This